Interview avec le journaliste hongrois Attila Mong (1/2)

Attila Mong est le journaliste qui animait l’émission politique matinale sur la radio nationale Kossuth (la France Inter hongroise en quelques sorte). Mis à pied il y a un an pour avoir protesté contre la nouvelle loi sur les médias, il travaille aujourd’hui avec le portail d’infos Origo.hu et vient de mettre en place un think tank de surveillance de la liberté de la presse. 

Interview réalisée au mois de novembre 2011

Attila Mong

Attila Mong (Crédit photo : Bakró Nagy Ferenc)

HU-lala : N’est-ce pas un luxe de parler de liberté de la presse dans le contexte social et économique actuel ?

Attila Mong : Il ne s’agit pas seulement des médias, mais aussi de la Cour constitutionnelle, de la nationalisation des fonds de pension…J’espère que les gens vont réaliser qu’on ne peut pas construire un pays avec succès sans libertés civiles. Orban veut créer un système démocratique – je ne pense pas qu’il veuille une dictature ni même un système autoritaire – mais une démocratie différente, dans laquelle la majorité des Hongrois se sente à l’aise. Il a réalisé que la majorité de la population se sent mieux dans un système un peu plus à l’Est qu’à l’Ouest. Peut-être qu’il a raison et pour le moment la majorité le soutient. Mais c’est encore un processus en cours, car très peu de temps s’est écoulé du point de vue historique depuis son arrivée au pouvoir.

Peut-on parler de « démocratie dirigée » en Hongrie ?

Je ne sais pas si l’on peut parler de « démocratie dirigée », en revanche je suis sûr que cela ne sera pas une démocratie « à la russe » car le contexte culturel est différent, les Hongrois ne le supporteraient pas. Tout va dépendre du succès économique du pays. Si succès il y a, le Hongrois moyen pourrait très facilement dire « je me fous de la politique, de la liberté de la presse, mais à condition que mon niveau de vie s’améliore. » Même le système Kadar était basé sur le niveau de vie [le dirigeant communiste à l’origine du « socialisme du goulash » qui avait assuré un certain bien être matériel à la population]. Quand il a cessé d’augmenter, ils sont devenus mécontents et ça a été le début de sa fin. »

Il y a aussi cette loi électorale…

Bien sûr, mais on peut bricoler le système électoral dans tous les sens, au final l’essentiel restera le vote pour ou contre des gens. Si les gens votent contre, il n’aura pas la légitimité du pouvoir et ne pourra rien faire. Dans cette région du monde, les gens ont une grande capacité à ne pas respecter et à négliger les règles. On peut le voire chaque jour dans la rue. On peut faire n’importe quelle loi, à partir du moment où elle n’est pas acceptée par la population, cela ne marche pas, car elle va trouver les moyens de la contourner. C’est significatif avec les taxes : il n’est pas tenable qu’une grande partie de la société ne paie aucune taxe. Pourtant la réforme du système n’a rien changé…

A quelle échéance peut-on imaginer la chute d’Orban  ?

La popularité de Fidesz baisse et la part de la population qui ne soutient plus personne est très élevé, cela devient un problème de plus en plus grand. Le problème est que toute l’opposition est discréditée, mise à part LMP [le parti de tendance écologiste, ndlr] et Jobbik [le parti d’extrême-droite, ndlr] qui n’ont jamais été au pouvoir. Jobbik peut encore monter, ce sont des gens assez intelligents stratégiquement. Le radicalisme leur a apporté beaucoup de votes mais ils doivent convaincre qu’ils ont la capacité à gouverner et c’est ce qui leur pose problème aujourd’hui car, pour le hongrois moyen qui n’habite pas dans un village du nord-est du pays, ils ne sont encore pas acceptables.

Quelle serait la capacité d’Orban à laisser se faire l’alternance. Peut-on imaginer une réaction agressive de sa part pour ne pas céder le pouvoir le jour venu ?

Non, je ne pense pas. Orban a déjà perdu des élections et on a vu comment il a pu réagir [en 2002, il a du céder le pouvoir aux socialistes, ndlr]. Il y a eu des manifestations, mais le transfert du pouvoir s’est fait normalement. Je ne pense pas non plus qu’Orban pourrait, par exemple, sortir la Hongrie de l’Union Européenne. Même si sa gestion des problèmes n’est pas la bonne, on ne peut pas nier le fait qu’il a hérité de problèmes énormes. Même s’il a été au pouvoir de 1998 à 2002, ce n’est pas lui qui a pas créé les problèmes et l’équation n’est pas possible à résoudre.

Que pensez-vous des mouvements de la « société civile » tels que « Egy millio démokraciaért » ?

Le système politique est discrédité et les gens n’ont plus confiance dans la politique, résultat des 20 dernières années. Ces mouvements sont donc très importants pour canaliser le mécontentement et éventuellement pour aider à faire émerger une force d’opposition. Mais ils ne peuvent pas remplacer les institutions politiques et ne joueront pas un rôle important, à moins de créer un parti ou de supporter un parti.

Propos rapportés par Corentin Léotard

23 Commentaire

  1. La dictature en Hongrie est tout à fait l’équivalent du fascisme des médias français qui à quelques rares exceptions sont tous de gauche et ont fini par y imposer la dictature sournoise de la pensée unique! Avant de vous plaindre que les autres sentent mauvais, commencez par regarder le fond de vos culottes!

  2. Dupont a raison, la France n’ a aucune lecon de democratie à donner ,ici tous les medias , la culture, la justice et les enseignants sont à gauche voir extreme gauche, ils imposent une pensée unique que ce soit à la radio, journaux, programmes scolaires etc….
    Le parlement ne représente en rien la photographie politique de la France, une partie entière de notre histoire est rayée des livres scolaires, etre fier d ‘etre Francais est devenu une tare.
    Les 80% personnes qui traite la Hongrie de dictature ne savent pas la placer sur une carte,
    je dis ne pas que Orban est parfait, mais qui a mis la Hongrie dans cet état ?
    La Hongrie est un petit pays « par la taille » si elle se laisse dicter sa politique par Bruxelle,
    elle est foutue.
    Les medias sont plus complaisants avec les dictatures musulmanes, quand BHL à Budapest ???
    La Grèce s ‘est mis à genoux devant Bruxelle,quel est le résultat ?
    Le parlement Européen élu par personne veut imposé ses idées liberales et mondialiste à coup de milliards, si on les suit pas ,pas d ‘argent, ou est la démocratie dans ce systeme?
    Vive la Hongrie

  3. ca confirme mes commentaires precedents sur les autres articles:
    on peut changer les lois, concretement ici ca ne change pas grand chose ^_^

    c’est juste dommage que cette interview soit mise en ligne seulement maintenant ^_^

  4. @dupont : je ne comprends pas votre réaction ? Pouvez vous l’expliciter. La Hongrie ne vit pas sous la dictature comme précédemment et c’est bien pour cela qu les Hongrois ont voté massivement pour le programme du Fidesz.
    L’article est très bien fait. Les mesures prises par Orban visent à remettre le pays sur les rails d’une prospérité bien méritée ,après des années de corruption,d’enrichissements illicites des socialistes issus du communisme qui ont tout mis dans leurs poches ,que ce soit l’ex premier ministre Gyurcsany,le maire de Budapest et ses conseillers. Un exemple : la faillite quasi avérée du rail,du métro,des bus .. eu détriment des citoyens. Autres exemples : ventes de biens publics,y compris aéroports .. ou de services au rabais avec différence dans la poche..L’organisation était nulle,que des factures sans TVA ,maintenant cela change lentement mais le gouvernement n’ayant que peu de ressources,la TVA est de 25% et passera à 27. Les soins médicaux sont gratuits mais il faut les financer
    La transition du communisme à la démocratie demande des lois un peu rigides et un arrêt des lobbyings,hélas peut être mais c’est ainsi .. Le cas des tsiganes est aussi un problème de transition : sous le communisme,ils étaient obligés de travailler pour recevoir des allocations ,comme tout le monde d’ailleurs et dans toute la Hongrie ,le moindre petit restaurant avait sa musique tsigane. Aujourd ‘hui ,même leur académie de musique (eh oui,ils en ont une) est délaissée car après,pas de boulot ou ne cherchent pas puisque aides gouvernementales .. etc etc.
    Il faut avouer aussi qu’il est facile pour les milliardaires socialistes de financer ou tout au moins de gonfler des manifestations
    En conclusion,il faut laisser du temps au temps pour redresser la barre. Et arrêter un travail de sappe tout à fait anticipé comme les interventions de Cohn Bendit et aujourd’hui de Verhostadt que je prenais pour un homme intelligent. Il y a des gens compétents à l’UE qui analysent la nouvelle constitution dans les règles de l’art et dans le fond.
    Quelle hérésie de dire que la liberté religieuse est bafouée. Il faut savoir que les cultes religieux (au nombre de 300 !) sont financés par l’état. Ce nombre est réduit à 13 pour ce qui est du financement ,ce qui élimine les sectes ,voyez la liste. Tout nouveau culte peut faire la demande d’une subvention. Quand les caisses sont vides,il faut agir …

  5. Je remarque avec joie qu’après une semaine ou la Hongrie a été mise au pilori par la bobocratie française et européenne, dans une violence idéologique qui n’a rien à envier a l’entre deux-tour de la présidentielle de 2002, certains commencent à regarder d’un œil différent ce petit pays qui a osé remettre un peu de politique, de tradition et de souveraineté la ou le Homo-Europeanus ne veut voir que du marché, du droaa-de-l’homme et des frontières ouvertes a tous les vents.

    La palme revient surement a notre Juppé national, qui il y a quelque semaines affirmait qu’il fallait « comprendre » les islamistes qui installent la charia comme base juridique en Lybie mais qui estime « qu’il y a un problème en Hongrie »

  6. francois> je pense que les francophones residents en hongrie etant par necessite tres presents sur le net, ont pu par leurs commentaires rendre toute relative la violence du debut.

    la plupart d’entre nous avons des avis tres differents mais generalement argumentés et toujours dans le but d’avancer :-)

    avec mes amis, nous deplorons que la plupart des sites anglophones parlant de la hongrie se la jouent ironiques, pedants, condescendants et paternalistes. en tant qu’habitants nous avons l’impression de ne lire qu’une moitie de hongrie, la moitie negative. alors que dans la vie de tous les jours, la hongrie positive existe bel et bien, et c’est elle et ses habitants qui font que nous vivons avec bonheur ici.
    et contrairement aux expatries ancienne formule, nous sommes expatries par choix et ce n’est pas subi a cause du travail.
    ce choix fait que nous voyons autant les avantages que les inconvenients.

    de plus je remarque que dans les commentaires du site hulala, il y a de moins en moins de personnes qui disent que nous, budapestis francophones, ne comprenons rien a rien. peut etre qu’ils se sont rendus compte que contrairement aux sites anglophones nous cherchons a avancer avec les habitants et non contre eux :-) meme si parfois nos avis divergent :-)

  7. Je suis pas d`accord avec Attila Mong quand il affirme que Orban veut «  »une démocratie différente, dans laquelle la majorité des Hongrois se sente à l’aise…car la majorité de la population se sent mieux dans un système un peu plus à l’Est qu’à l’Ouest »..arcifaux..etant donne’ que les hongrois ont toujours , et justement, revendique’ leurs culture occidentale….et si la Hongrie se trouve dans l`impasse actuelle c`est parceque la classe politique hongroise, a’ droite comme a’ gauche, est un succedane’, dans le style et la mentalite’, du l`ancien regime communiste…

    et dire que « Même s’il a été, Orban, au pouvoir de 1998 à 2002, ce n’est pas lui qui a pas créé les problèmes et l’équation n’est pas possible à résoudre »..c`est une grande hyprocrisie car le gaspillage de l`argent public a’ demarre’ justement a’ cette epoque….

  8. Si certains commentateurs pouvaient cesser de parler de la « France », de la « Hongrie », de « Bruxelles » en bloc comme s’il s’agissait de monolithes, on pourrait déjà commencer à envisager de discuter.
    Enfin… peut-être car les points de vue style Front National ou pire sur ce site commencent vraiment à me saouler.

    PS:
    1) on peut aimer sans être aveugle… –> on peut adorer des Hongrois et en détester d’autres !
    2) on a le droit de juger ou de critiquer ce qui se passe quelque part sans y être né…

  9. Olivier Moulon a dit :

    intéressante cette interview… il est bien d’entendre la version originale
    de ce journaliste souvent cité comme victime du système en place en Hongrie …
    sans partager pour autant toutes ses analyses notamment sur la date de début
    « du gaspillage de l’argent public ».
    Pour ce qui est de la création d’ un énième parti politique…perte de temps et gaspillage d’énergie

  10. >2) on a le droit de juger ou de critiquer ce qui se passe quelque part sans y être né…

    on a le droit de le faire et de le propager mais l’avis n’est pertinent que si on connait l’environnement.
    en effet la naissance ne rend pas moins intelligent ni moins bete.

    >Si certains commentateurs pouvaient cesser de parler de la « France », de la « Hongrie », de « Bruxelles » en bloc comme s’il s’agissait de monolithes, on pourrait déjà commencer à envisager de discuter.

    je parle de la france et de la hongrie car pour l’instant sauf preuve du contraire les pouvoirs sont centraux.
    je parle de la france en tant que mon pays alors que je ne suis francais que depuis 150 ans pourtant je fais (faisais) parti de la france metropolitaine.
    je devrais dire quoi ? la patate? le gouvernement francais ? le peuple francais ? les medias francais ?
    en attendant, pour l’instant la france pour moi c’est un pays gouverné par une classe politique corrompue par ses propres ambitions qui manipulent les medias a sa guise pour influencer la masse populaire vieillissante qui prend pour argent comptant tout ce qu’on lui dit.

    j’ai vu toutes sortes de gouvernement de gauche, de droite, d’opposition,… jamais rien ne change, a quoi cela sert-il de voter toujours les memes pantins qui font tous la meme chose mais finallement rien de concret ?
    vous avez l’impression que les vrais problemes sont resolus ? a part la poudre aux yeux le quotidien ne change qu’en fonction de l’economie mondiale.

    alors oui tant que le systeme ne change pas fondamentalement, la france restera un amalgame que l’on peut nommer en tant qu’entite generale.
    et d’apres mon historique en hongrie, on peut faire pareil.

    ca me rappele un voyage a krk en croatie pendant lequel une dame m’a raconte que sa voisine avait eu 5 nationalites differentes dans sa vie, pourtant elle a toujours habité la meme maison…

    >Les carnets libres d’Edwy Plenel

    d ailleurs si je comprends bien le fond de l’article, mon amalgame sur la denomination france est la materialisation du fait que comme l’auteur, je considere que les pays derivent vers le fascisme…
    (les lois loppsi, hadopi, l’arjel et consors sont les preuves de ce fascisme latent, finallement lesvieux illumines avaient peut etre raison http://www.framablog.org/index.php/post/2012/01/04/stallman-avait-raison )

    >Pour ce qui est de la création d’ un énième parti politique…perte de temps et gaspillage d’énergie

    entierement d’accord.

  11. @ Le-Butch :

    Bizarre que vous ne compreniez pas…
    Il s’agit de politique, bon sang ! Vous vous désolez que l’on ne parle dans les médias que de la moitié « négative » de la Hongrie… Mais ça veut dire quoi « négative » ??

    On n’est pas aux pays des contes de fées avec les gentils et les méchants… La moitié « négative », elle a un nom, des incarnations politiques et idéologiques.

    Il y a dans la vie, des options politiques, des libéraux / des conservateurs, des gens de gauche / de droite, des athées / des croyants, etc… C’est cela qui compte, plutôt que de dire « tous pourris, on s’en fout ».

    Et donc par conséquent:
    Bien sûr que si, ‘il manque une nouvelle force politique en Hongrie ! C’est évident !!
    Un vrai parti de gauche, totalement opposé au néo-libéralisme à la Gyurcsany mais aussi debout dans la résistance contre le néo-horthysme d’Orban… Un parti de gauche qui aille à la conquête de ces jeunes paumés adhérents à Jobbik et de tous ces ouvriers et employés que le MSZP a dégoûté à force de se servir d’eux.

  12. atricle tres interwssant

  13. paulette trianon! a dit :

    …. C’est mon CHER SZELLIG,
    êtes vous aveugle à ce point?

    Considérer ici que « tous les medias , la culture, la justice et les enseignants sont à gauche voir extrême gauche » est marque d’ignorance….en Hongrie l’herbe n’est pas lus verte car dans ce domaine elle est brûlée.
    Et du fait du Fidesz et de sa politique uniquement, comme on le sait la presse n’est pas libre,
    et la culture va très mal, hormis les subventions supprimées dans toutes les institutions indépendantes….rappelons la nomination, à la tête du Nouveau Théâtre, scène importante de Budapest, de deux personnalités considérées comme néofascistes et antisémites, l’acteur György Dörner et l’écrivain Istvan Csurka, qui provoque l’indignation. »

    Pour vous SZELLIG, un petit retour en arrière pour ceux qui ne connaissent pas le bonhomme :

    György Dörner a longtemps milité au sein du Jobbik, un parti d’extrême droite qui est entré au parlement en mai 2010 avec près de 17% des voix aux législatives. Comédien médiocre, il s’est replié sur le doublage des voix d’acteurs américains connus parmi lesquels Eddie Murphy et Bruce Willis. Ses prises de position contre la dépravation de la scène théâtrale hongroise l’ont assis comme chantre des valeurs nationalistes.

    György Dörner a choisi Istvan Csurka comme administrateur. Ce dernier est une figure emblématique de l’extrême droite et dirige le Parti hongrois de la justice et de la vie (MIEP). Il milite en faveur des minorités hongroises séparées de la mère patrie par le traité de Trianon (en 1920) et a fait de ce thème, en tant que dramaturge, le leitmotiv de son théâtre. Ses anathèmes antisémites ont fait sa notoriété. »

    …comme FER les points de vue style Front National ou pire sur ce site commencent moi aussi à m’irriter.

    Au niveau culturel ( et en d’autres domaines), actuellement je crois sincérement que la Hongrie a tout à envier à la France….

  14. «  »tous les medias , la culture, la justice et les enseignants sont à gauche voir extrême gauche » est marque d’ignorance »

    Non, plutot un constat lucide.

    « les points de vue style Front National ou pire sur ce site commencent moi aussi à m’irriter »

    Va falloir vous y habituer ma chere, le petit peuple realise tous les jours un peu plus l’escroquerie intellectuelle des progressites des 30 dernieres annees, notamment celle qui consiste a dire que « Au niveau culturel ( et en d’autres domaines), actuellement je crois sincérement que la Hongrie a tout à envier à la France…. ».

    Quand on voit la nullite de la production culturelle fancaise dans les dernieres decennies, malgre les sommes hallucinantes versees par le contribuable…

  15. paulette trianon! a dit :

    Les intervenant de ce forum seraient donc pour une bonne partie, à la droite de la droite?….

    Mais heureusement « le petit peuple » comme vous l’appelez Remi n’est pas aussi limité que vous l’êtes !

    …votre argument sur la production culturelle française ces dernières décennies est comme le reste, très limité.

    …Szegény Remi….

  16. « votre argument sur la production culturelle française ces dernières décennies est comme le reste, très limité »

    Alors allons y. Citez moi un courant artistique, un artiste ou une oeuvre cree en France dans, disons les 20/30 dernieres annees, qui a seulement une infime chance de passer a la posterite.

    Par humanisme, je m’abstiendrais de commenter sur les attaques ad hominem.

  17. Bonjour,
    Merci Remi,
    pour Paulette,
    Il est impossible de nos jours de constater des choses évidentes sans etre taxer de frontiste,
    alors expliquer moi pourquoi aller voter si tout est remis en cause par le parlement Européen ?
    pour l’ instant les Hongrois , je parle parle du peuple, la majorité, veulent simplement vivre correctement,
    la culture est le dernier de leur soucis.
    Et je le répète, La France n’ a aucune lecon à donner , vraiment aucune.
    Qui a ruiné la Hongrie ? Orban ou les dirigeants précedents,bizarre on entend jamais parler de leur bilan ?
    Si vous connaissiez les Hongrois vous constateriez que leur préoccupations sont a des année lumières
    des articles écrits en Fance, ces journalistes qui voient une révolution arabe dans chaque pays ou une manifestation se déroule.

    Cordialement

  18. paulette trianon! a dit :

    « Citez moi un courant artistique, un artiste ou une oeuvre cree en France dans, disons les 20/30 dernières années, qui a seulement une infime chance de passer a la posterite.  » ??????

    … Remy, si je suis votre raisonnement depuis les années 80 en France le cinéma, la littérature française, et autres arts majeurs ne sont rien!!!! :) :) :) ….sans commentaire.

    Allez, par intelligence ( plus que par humanisme ) et respect pour certains grands artistes je m’abstiendrais de d’aller plus loin.

    Szellig :
    La montée du populisme est une tendance lourde en Europe en ce moment (alors que paradoxalement en Tunisie et en Egypte, les peuples aspirent à nos libertés fondées sur les valeurs universelles de la démocratie), et n’est pas l’apanage de la Hongrie.
    L’exemple de l’Italie est là pour le démontrer, et la France n’est pas épargnée non plus par le souffle populisme.
    La politique de l’autruche est la politique de la honte selon moi: on sait où nous ont menés les « pas vu, pas entendu, pas senti » de l’histoire. Nos hommes politiques ont plein d’Europe dans la bouche…on se rend compte que si nos Présidents et ceux qui ont en main les commandes européennes au plus haut niveau n’ont pas chevillés au corps les droits fondamentaux et le courage de les faire respecter, alors amis du genre humain….Bon courage pour la suite.

  19. paulette trianon! a dit :

    En 2010 Hulala avait sollicité le blog des mardis hongrois de Paris pour se faire connaitre, je me permet de faire un lien ici même:
    http://www.lejdd.fr/International/Europe/Actualite/La-Hongrie-aux-portes-de-la-dictature-447030/

  20. Vous esquivez et ne repondez pas.

    « respect pour certains grands artistes ». S’il y en a tant que ca, ca devrait etre facile d’en citer quelque uns, non?

    « Allez, par intelligence ( plus que par humanisme ) et respect pour certains grands artistes je m’abstiendrais de d’aller plus loin. »

    Si si, je vous en prie, pour me montrer mon indigence intellectuelle de reactionnaire bas-du-front, impressionnez moi avec quelque courants artistiques (litterature, cinema ou autre, vous avez le choix) dans les 30 dernieres annees. Vraiment, je suis tout ouie.

  21. Cher Paulette trianon ,
    Je m’étais pourtant bien interdit d’intervenir ici, pas nécessairement sur le propos mais suite aux premiers commentaires. Je suis très sujet aux mauvaises odeurs et je fuis en général, le débat lorsque pris à la gorge, il m’est difficile de respirer
    Lâchement, j’ai lu vos interventions en m’attachant de ne point commenter, ni vous soutenir.
    J’en suis navré, voir marri.
    Je suis persuadé que certains commentaires ici vous rappellent plus une tribune politique ou populiste d’extrême droite qu’un véritable débat.
    Il m’arrive de penser que ces gens qui veulent croire au miracle émanent eux aussi de la cours des miracles.
    Je vous propose donc, d’arrêter de vous mettre en tourment.
    C’est charlatans qui vous mettent au défis de trouver un artiste célèbre ont facile d’oublier que cet automne encore des iconoclastes hongrois brulaient des livres jugés sionistes avec si ce n’est pas la bénédiction, du moins l’assentiment du système (a rendzer).
    Zs.

  22. Il y en a ici qui devraient d’urgence lire ou relire cela:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Rhinoc%C3%A9ros_%28th%C3%A9%C3%A2tre%29

    A bon entendeur !

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 3 = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>