Gros succès de l’euro-manifestation syndicale à Budapest

Les syndicats européens avaient prévu de frapper fort ce samedi à Budapest, et c’est ce qu’ils ont fait ! Plusieurs dizaines de milliers de personnes, venues de tout l’Europe ou presque, se sont retrouvées au cœur de la capitale hongroise pour dire « Non à l’austérité » imposée sur l’ensemble du continent.

De mémoire de jeune hongrois, on n’avait jamais vu un tel rassemblement sur l’avenue Andrassy ! Pas moins de 45 syndicats issus de 22 pays ont fait le déplacement. A grand renfort de musique, de cors de brume, de drapeaux, de pancartes, de sifflets et même de criquets, le cortège s’est étendu le long d’Andrassy Ut, entre Hösök tere (la fameuse place des Héros) et Oktogon.

Budapest le 9 avril 2011 (Photo : Corentin Léotard/Hu-lala)

Après le concert de rock qui rythma le cortège, c’est un concert de syndicalistes qui prit sa suite, sur la scène montée sur la place Oktogon, redécorée aux couleurs de syndicats français très en vue : FO, CFDT et CGT. Les leaders syndicaux ont chacun leur tour fustigé les plans d’austérité et les atteintes aux services publics nationaux et réclamés une Europe plus sociale.

Bernard Thibault (CGT) à Budapest le 9 avril 2011 (Photo : Corentin Léotard/Hu-lala)

Difficile d’imaginer qu’on était en Hongrie cet après-midi entre les discours en polonais, croate, allemand, etc., et français encore plus. A la suite d’un François Chérèque (CFDT) un peu terne mais appliqué comme à son habitude, c’est l’impayable Bernard Thibault qui a pris le micro pour une prestation charismatique (Cf. photo à droite).

Les organisateurs ont d’abord annoncé 35.000 personnes, tandis que les forces de l’ordre – généreuses comme à leur habitude en Hongrie – ont compté 50.000 manifestants. Ce qui n’a pas manqué de faire sourire Bernard Thibault, en compagnie de ses militants, quelques minutes après son discours. Sans doute peu habitué à ce type de comptage de la part de la police dans son propre pays…Il n’a pas manqué, juste avant, de venir serrer la pince des journalistes de Hulala, pourtant simples observateurs.

Cela n’a eu probablement pas la moindre influence sur les décisions prises par les ministres européens des finances réunis au même moment à Gödöllö – à trente kilomètres de là -, mais les syndicats ont tout de même réussi à marquer les esprits ce samedi 9 avril.

Articles liés :

Une « Euro-manifestation » syndicale versus une « Euro-politique » d’austérité

Pacte pour l’euro : Orbán persiste et signe

La Hongrie reste en dehors du «Pacte pour l’euro»

Quelques trous de plus dans la ceinture hongroise…

Le programme complet des réformes économiques diffusé en anglais

Qui a dit « austérité » ?

7 Commentaire

  1. Encore quelques manifestations de ce type à Budapest, et les caisses de l’Etat hongrois sont renfloués.

    … Y’ a aussi le tourisme estivale…

  2. Edouard Lemaire a dit :

    La France exporte ce qu’elle a de meilleur… LOL!

  3. Selon ses objectifs affichés « La CES se bat pour une Union européenne (UE) ayant une dimension sociale forte et pour un cadre macroéconomique équilibré qui tienne pleinement compte des besoins et des aspirations de ses citoyens. À cette fin, elle participe à l’élaboration des politiques économiques et sociales au plus haut niveau, en collaboration avec tous les organes de l’UE : Présidence de l’UE, Conseil de l’UE, Commission européenne et Parlement européen. »
    C’est donc une organisation complètement imbriquée dans les institutions européennes. Ces institutions organisent l’austérité, la concurrence libre et non faussée, la sacro-sainte dictature de la réduction des déficits publics, la destruction des services publics partout en Europe.
    On comprend mieux les chiffres complaisants de manifestants avancés par les autorités hongroises et le sourire satisfait de Thibault ou de Chérèque.

  4. pas si vite Jean-Pierre… Si les syndicats comptent large, et les policiers hongrois d’autant plus, c’est quelque chose de normal en Hongrie. Cela permet à la police de justifier des moyens, et donc de garder ou augmenter son budget. Bref, la sardine qui a bloqué le vieux port, il n’y a pas que les syndicats qui l’ont.
    Et concernant la sacro-sainte dictature de la réduction des déficits publics… demandez donc à ce qu’en Europe l’on puisse avoir aussi notre horloge des déficits, étant donné que nous sommes dans une course mondiale pour savoir quel poids pourrons supporter nos enfants et petits enfants, pour que nous puissions garder des acquis sociaux qu’ils n’auront pas le luxe d’avoir. C’est bien beaux de vivre à crédit sur les générations à venir pour que nos fonctionnaires « travaillent » 35h et moins, mais il serait temps d’ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard

    http://www.usdebtclock.org/

  5. Tiens je crois entendre Christine Lagarde ce matin à France Inter. Mon cher Ziv, ne vous inquiétez pas des ressources et des dettes de nos enfants et petits-enfants, car eux et nous seront bientôt tous morts faute d’hôpitaux et de personnels soignants (qui on le sait travaillent 35 heures), et faute de soins en raison du déficit de sécurité sociale. Quant à nos enfants illettrés faute d’instruction publique et d’enseignement ne sauront ni penser par eux-mêmes ni même compter pour rembourser les dettes. Mais les milliards d’euros et de dollars investis dans les armements (qui n’obèrent pas la dette publique c’est bien connu) serviront, après les Afghans, les Lybiens et les Ivoiriens, à nous mettre à notre tour à nous tous un peu de plomb dans la tête. Non, j’écris cela pour rire, je dramatise volontairement, c’est sans danger :)
    A propos, je lisais que la fermeture d’une classe de maternelle rapportait environ 36 000 euros et une heure de vol d’un avion Rafale coûtait 39 000 euros.
    Quant aux comptages policiers de la manifestation, j’ai lu sur d’autres sources qu’ils étaient bien inférieurs, en fait de l’ordre de 13 000 à 15 000, je crois, alors que les chiffres syndicaux étaient de l’ordre de 40 à 50 000.

  6. Aham,

     » pour que nous puissions garder des acquis sociaux qu’ils n’auront pas le luxe d’avoir. C’est bien beaux de vivre à crédit sur les générations à venir pour que nos fonctionnaires « travaillent » 35h et moins, mais il serait temps d’ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard »

    Et le statut de fonctionnaire n’est pas un acquis social Ziv ? Des gens ne se sont pas battus ? Peut-être ciblez vous les mauvaises personnes…

  7. Juste pour information, je vous conseil de chercher le classement des pays concernant le taux d’illettrisme…. Vous aurez une belle surprise de voir que l’argent, il faut savoir l’utiliser, et non juste le dépenser comme nous le faisons en France

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 3 = 18

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>