Grippe porcine: le bilan

Depuis bientôt un mois, les médias du monde entier relate la propagation d’un mal nouveau touchant l’ensemble du globe. Il s’agit de la grippe porcine, une maladie respiratoire aiguë provoquée par un virus grippal porcin. Cette dernière fut rebaptisée grippe A (H1N1) par la communauté scientifique.
Ce virus a été isolé en 1930 par R. Shope. Quelques cas de transmissions ont été rapportés depuis ce jour, notamment en 1976 où la grippe causa une vingtaine de morts aux Etats-Unis.

C’est au Mexique, le 13 avril dernier, que le virus est réapparu sous une forme génétique nouvelle transmissible d’homme à homme. Le 29 avril, l’Organisation mondiale de la Santé décrète la phase 5 de l’alerte ce qui signifie que la pandémie est « imminente ». Aujourd’hui, l’OMS annonce 1893 cas de contaminations, 44 morts dans un peu plus de 20 pays.

Contrairement à la France (5 personnes contaminées), la Hongrie reste, pour l’instant, épargnée par l’épidémie. Des mesures de précautions ont été mises en place par les autorités magyares : examens de voyageurs en provenance de Mexico, mise en service d’un numéro de téléphone gratuit, interventions médiatiques du ministre de la Santé pour avertir la population des risques qu’elle encourt…

Mais que dire de la manière dont le gouvernement et les médias français ont appréhendé l’avènement de cette grippe nouvelle ?
Alors que la télévision et les journaux hexagonaux se plaisent à évoquer la démesure orchestrée par certaines nations étrangères afin de contrer l’épidémie (250 000 porcs abattus en Egypte, mise en quarantaine prolongée de touristes mexicains en Chine…), force est de constater qu’une véritable psychose s’est installée dans le pays de Marianne. Et pour cause, depuis deux semaines, la grippe fait les gros titres dans la presse ; les spots de prévention du gouvernement envahissent les télés; les interventions médiatiques de la ministre de la Santé Roseline Bachelot, sont devenues incessantes, préoccupantes voir même angoissantes… Résultat : un univers psychotique s’est installée de façon progressive au sein même de la société française. Par exemple, il est actuellement fortement déconseillé de toussoter dans les transports publiques métropolitains. Car si cette envie vous prend, les autres passagers vous feraient promptement comprendre, par l’intermédiaire de regards biaisés, que vous êtes potentiellement malade… donc suspect. Amis fumeurs, gardez-vous bien d’utiliser métros, bus ou RER : le teint grisâtre et les quintes de toux répétées qui vous caractérisent parlent pour vous : vous avez l’air grippé, vous êtes donc dangereux !

En cette période de crise économique et de malaise social, le message du gouvernement français a le mérite d’être limpide : un risque, plus notable que le chômage et la misère, court sous nos fenêtre. Son nom : la grippe A (H1N1). Les mots d’ordre sont simples : ne paniquez pas mais songez, tout de même, à ne pas trop sortir de chez vous; ne bouleversez pas votre quotidien mais n’oubliez pas non plus de signaler aux autorités les moindres toussotements douteux des compatriotes qu’il vous sera amené de rencontrer ; si vous décidez de sortir, évitez de vous rendre dans des mouvements de masse (manifestations, grèves…) dans lesquels moultes bactéries pourraient venir aisément se loger… Les autorités auraient-elles plutôt pris les urgences sociales en grippe?
Tous les moyens sont bons pour prouver aux citoyens les bienfaits d’une vie basée sur la méfiance de « l’autre » et sur le repli sur soi-même de chacun.

Ah oui, nous nous devions de le préciser ; les scientifiques, les spécialistes et les médecins de tout horizon ne cessent de le clamer inlassablement depuis le début de l’épidémie : la grippe porcine n’est pas plus dangereuse que la grippe « annuelle » qui tue 5000 à 6000 personnes chaque année en France. D’ailleurs, après un mois de tapage médiatique et politique à ce sujet, on écoute enfin l’avis des experts et on nous annonce que la maladie est en net recul. Ce fut un mois durant lequel la « grogne » sociale, pourtant considérable actuellement en France, ne joua plus qu’un second rôle sous les feux de l’actualité et, bien evidemment, dans les discours politiques. En fin de compte il s’agit d’un mois de gagné pour le gouvernement.

Un commentaire

  1. le_butch a dit :

    La politique c est tout un art ^_^

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 1 = 4

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>