En Hongrie, la presse reste en liberté

A l’occasion de la journée de la liberté de la presse, lundi 3 mai, le think-tank américain Freedom House a publié son rapport sur l’état de la presse dans le monde en 2009. Selon cette étude, la liberté de la presse a très légèrement reculé en Hongrie l’année précédente.

La Hongrie se classe au 40è rang mondial pour la liberté de sa presse, au même rang que… la France. Elle enregistre un très léger recul par rapport à l’année 2008 dû, explique Freedom House, à « des problèmes concernant l’attribution et l’enregistrement des fréquences radio. ». Effectivement, au début du mois de novembre 2009, l’ORTT, l’institution qui gère les ondes radiophoniques hongroises, a dessaisi de leur licence de radio nationale deux stations appartenant à des groupes étrangers (Danubius et Slager), pour les octroyer à deux entreprises locales (Advenio et Est média), après un appel d’offres très douteux. Malgré cela, la Hongrie reste dans le groupe des pays où la presse est considérée comme « libre » par le think-tank. L’ONG Reporters sans frontières, qui fête cette année ses vingt-cinq ans d’existence, fait le même constat, en qualifiant la liberté de la presse en Hongrie de « bonne » et positionne le pays à la 25è position sur 175, dans son dernier classement mondial.

Ce rapport intervient à un moment charnière pour la Hongrie dont tout le paysage politique vient d’être redessiné. Fort de sa majorité parlementaire des deux-tiers, le nouveau gouvernement de droite du « bientôt premier ministre » Viktor Orban va pouvoir mener à bien son projet de modification des lois sur la presse afin de « rationaliser » le secteur. Un projet dénoncé par l’opposition qu’il considère être « une menace pour la liberté de la presse ». Dès lors, la question est posée de savoir si la relativement bonne liberté de la presse en Hongrie ne va pas pâtir de l’ère qui s’annonce.

L’affaire Karman

La dernière agression en date contre un journaliste remonte au 22 juin 2007. La journaliste d’investigation Iren Karman, enquêtant sur les affaires de mafia du pétrole et plus généralement sur la corruption en Hongrie au début des années 1990 a été violemment battue par deux inconnus avant d’être abandonnée sur les bords du Danube, inconsciente. Retrouvée par un pêcheur le lendemain matin, elle a été hospitalisée à Budapest, souffrant de sérieuses blessures à la tête.

Magyar Demokrata Vs Imre Mecs

Andras Bencsik est le premier journaliste depuis la chute du communisme à avoir été condamné à une peine de prison ferme pour un délit de presse. Rédacteur en chef de l’hebdomadaire d’extrême-droite Magyar Demokrata, Bencsik a été condamné le 21 janvier 2004 à dix mois de prison pour diffamation envers Imre Mecs, député du Parti libéral démocrate SzDSz. Le collègue de Bencsik Laszlo Attila Bertok a été condamné à huit mois de prison avec sursis.

Dans des articles publiés le 15 novembre 2001, les deux journalistes avaient prétendu que sur la base d’une dénonciation d’Imre Mecs, quatre révolutionnaires de 1956 avaient été condamnés à mort puis pendus. Imre Mecs ayant lui-même activement participé à la révolution de 1956 contre Moscou avait été condamné à mort en 1957 pour conspiration contre l’Etat, avant d’être amnistié en 1963.

Crédit photo : Reporters sans frontières

Articles liés :

Le capital étranger pris en grippe?


3 Commentaire

  1. Lhonneux a dit :

    Ich verstehe nicht warum Sie Problemen mit den Zigeunern haben?Im Belgien sind sie willkommen.In Eupen,spricht man eben gut deutsch.Sie bekommen Geld,Wohnung,Sozialhilfe,Kindergeld,usw. lebenslang !
    Das ist Ihr Plicht sie durch Artikeln über Belgien zu informieren.
    Mit besten Grüssen.
    D.Lhonneux

  2. Lhonneux a dit :

    Vous devriez écrire des articles d’information sur la Belgique,terre d’accueil par excellence.Nombre de
    « gitans »,Bohémiens,Roms,Tsiganes sont venus chez nous ces denières années.Ils reçoivent allocations
    sociales,allocations familiales,logement,etc….sans problème particulier sinon celui de la langue,côté
    francophone ou flamand.Des cours de langue sont donnés gratuitement dans ce cas.Nos avantages sociaux sont supérieurs à ceux de l’Allemagne tant qu’à présent.Ainsi des gens peu qualifiés ou avec une
    qualification peu demandée peuvent rester au chômage durant de longues années…Bienvenue à tous,dans
    tous les cas.

  3. Lhonneux a dit :

    I am very surprised reading you have so many problems with gipsies in your beautiful country.It is a pity.
    Why do you not write about Belgian social system?Everybody is welcome and receive according to the laws assistance
    helping strangers to establish as well as possible in our small country.No racial difference between
    people coming from Hungaria.Is’nt it a beautiful thing?
    With my best regards.
    D.Lhonneux

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 × 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>