Elise retrouvée en Hongrie

ae

Depuis un mois, l’affaire de l’enlèvement d’Elise faisait parler d’elle dans les médias. La mère, Irina Belenkaya, ressortissante russe, avait enlevé le 20 mars dernier à Arles sa fille Elise âgée de 3 ans. Le père, Jean-Michel André, en instance de divorce avec Irina Belenkaya, avait reconnu la mère lors de l’enlèvement. Aussitôt le plan Alèrte Enlèvement avait été déclenché.

La justice française a accordé le droit de garde à son père, alors que la justice russe l’a accordé à sa mère. Ils sont chacun poursuivis par les justices, respectivement, russe et française.  La justice russe a affirmé que si sa mère se trouvait sur le territoire russe, ni sa fille ni elle ne seraient extradées.

Elise et sa mère ont été interceptées dimanche dernier en Hongrie, tentant de franchir la frontière ukrainienne, par les autorités hongroises. Le Ministre des Affaires Etrangères russes a déclaré à ce sujet « Nous considérons que la décision des autorités hongroises de remettre la fille aux autorités françaises est précipitée ». Il a ensuite proposé à la France que des juristes des deux pays réfléchissent à une solution.

Rappelons que Elise est née en Russie, a grandi avec sa mère et que son père n’a obtenu le droit de garde en France, qu’après avoir lui même kidnappé sa fille à Moscou. Dès lors nous pouvons nous demander pourquoi la justice hongroise a choisi de rendre Elise à son père. Il s’agirait selon les autorités françaises, de la simple application des droits européens. Toutefois, la réponse à cette question mêlée d’un imbroglio juridique franco-russe n’est pas si simple que l’ont fait paraitre les autorités hongroises.

Jean-Michel André et sa fille sont retournés en France aujourd’hui. Irina Belenkaya est toujours en Hongrie, en attente d’une possible extradition vers la France. Jean-Michel André, recherché en Russie pour le kidnapping de sa fille et d’une tentative de kidnapping sur une autre fille d’Irina issue d’un premier mariage, lui, n’a étrangèrement pas été arrêté par les autorités hongroises, qui pourtant, tout comme avec la France, ont signé un accord d’extradition avec la Russie. Deux pays, deux mesures?

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 + = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>