Débuts difficiles entre BKV et le gouvernement.

Y aura t-il « serrage de ceinture » chez BKV ? Le ministère de l’Economie examine actuellement son budget pour décider du montant maximal des aides publiques qu’il peut allouer à la société des transports publics de Budapest (BKV) pour le reste de cette année. Selon la porte-parole Anna Nagy à MTI-ECONEMS hier, le gouvernement ne devrait tout de même pas laisser la compagnie sur le carreau. Mais à en croire le maire de Budapest Gábor Demszky, celle-ci serait actuellement complètement prise à la gorge.

Nagy a confirmé que le ministère avait reçu une lettre du maire de Budapest concernant l’aide supplémentaire à BKV approuvée par le gouvernement Bajnai. Selon le quotidien Nepszava lundi, le gouvernement actuel n’a pas encore cédé un forint d’une somme de 7,5 milliards promise à BKV. Dans sa lettre, Gabor Demszky affirme que sans cet argent, les transports ne pourront plus continuer à fonctionner.

Habituellement, selon la porte-parole, BKV touche plus de 30 milliards HUF en subventions d’Etat par an, et environ 17 milliards HUF en subventions supplémentaires, à titre de compensation des réductions sur les titres de transport. Elle a ajouté que le précédent gouvernement a déja donné 10 des 17 milliards HUF. Tout en affirmant que le nouveau gouvernement a toujours soutenu la BKV, elle a cependant précisé que le ministère décidera seul de la troisième tranche d’aide, en se fondant sur les limitations budgétaires auxquelles il sera soumis.

La gestion calamiteuse des transports publics de Budapest est notoire depuis longtemps et les scandales politico-financiers qui sont venus entâcher la crédibilité de son administration cette année n’ont certainement pas arrangé sa réputation en Hongrie. Cependant, pour l’économie générée par la capitale hongroise, le maintien de son fonctionnement en terme de transports est primordial. Ainsi, si la situation est aussi grave que le prétend Demszky, le gouvernement FIDESz prend peut-être un risque (tout du moins électoral à Budapest avant les élections municipales), en laissant traîner ou en ne versant pas totalement l’aide prévue au préalable dans de brefs délais.

Articles liés :

Le paradoxe BKV

Demszky tient le coup face au scandale BKV

Escalade des responsabilités dans l’affaire BKV

La grève de la décennie

BKV, les contrôleurs préférés des fraudeurs

Un commentaire

  1. c est vraiment dommage que la gestion de la BKV soit si lamentable car les transports en commun c est vraiment essentiel a Budapest :-(
    si la BKV diminue son service, ca va augmenter la pollution et les embouteillages, diminuer les places de parking, et donc augmenter le prix de l immobilier dans le centre…
    en resume economiquement ca arrange les etrangers (il n y a qu eux qui achetent dans le centre) mais socialement c est nul.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 8 = 32

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>