Chronique : VRP hongrois

Le billet de Cécile Vrain, journaliste et docteur en Histoire des Relations Internationales de l’Université de Paris 1, spécialiste de la Hongrie.

Ecoutez la version audio de la chronique

Connaissez-vous le site de la présidence hongroise ? Non ? Vous devriez pourtant. Pas vraiment folichon il est vrai, on y trouve néanmoins de nombreuses informations, pas toujours passionnantes encore une fois, mais parfois très drôles. Ainsi, l’article publié sur les petits présents distribués aux responsables et invités divers et variés venus en Hongrie, dans le cadre évidemment de la présidence, est un petit monument d’humour. L’article commence très fort. La Hongrie voulant rendre « inoubliable » le séjour des uns et des autres, offre de  petits souvenirs relatifs aux sciences, à la créativité et au sens esthétique hongrois. C’est reparti, nos amis hongrois, veulent encore nous prouver que sans la Hongrie le monde n’existerait pas. J’exagère à peine. Toutes les inventions ont à leur origine, un Hongrois, c’est bien connu. Je me souviens qu’à une époque, lorsque l’on voyageait sur la Malev, les  passagers avaient droit à un petit film de propagande sur ce que notre civilisation devait au génie magyar. Là encore, dans le cadre de la présidence hongroise, un film de promotion a été réalisé. Où l’on voit un jeune couple étranger venir en Hongrie pour ses vacances et y passer de merveilleux moments. Mais revenons à cet article.

L’idée pour la ministre Enikö Györi est de renforcer l’image d’une Hongrie jeune et créative «par des cadeaux beaux et intéressants». En fait, tout est affaire de goût. Toujours d’après elle, il était important que les cadeaux soient «pratiques mais pas exagérés». Sur ce point rassurons immédiatement le contribuable européen, bien que nous ignorions combien ont coûté ces souvenirs, nul ne peut croire en les voyant qu’ils aient pu exiger un investissement important. Pratique, notre ministre d’expliquer que l’«on n’offre pas du vin, par exemple, car beaucoup arrivent avec une petite valise à roulette qu’ils n’enregistrent pas, et les liquides ne sont pas autorisés à monter à bord depuis la nouvelle règlementation aérienne». C’est dommage, voilà une bien belle occasion manquée de faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas encore le vin hongrois. On imagine le crève-cœur que cela a dû être pour la ministre et son équipe de ne pouvoir offrir ce fameux vin.

Toujours à la lecture de cet article, on apprend que la sélection des cadeaux a été mûrement réfléchie, et que compte tenu de la situation économique, l’aspect économe avait été un élément fondamental. Nous voilà rassurés, le gouvernement n’a pas gaspillé l’argent de ses concitoyens. Mieux encore, précise la ministre délégué chargée des affaires européennes, « On ne peut distribuer des cadeaux à tout va. Les visiteurs n’en recevront qu’une seule fois, même si ils visitent le pays plusieurs occasions». A bon entendeur salut : Soyez soigneux quant à ce que l’on vous offre, sinon tant pis pour vous, vous n’en aurez pas d’autre. « Cela est également vrai pour les objets de papeterie considérés comme cadeaux, c’est-à-dire les classeurs, les blocs notes, les cahiers à spirales et autres », a-t-elle rappelé. Et il est manifeste que cette mère de famille sait de quoi elle parle, il n’y a pas de petites économies et il n’est jamais trop tard pour apprendre à être soigneux et ne pas perdre ses affaires. Conscients néanmoins de la sobriété de leurs cadeaux, la ministre Györi et Ferenc Robák commissaire du gouvernement chargé de l’organisation logistique de la présidence

« La présidence travaille avec un budget très serré. À travers le marché public, elle commande les objets à offrir là, où les coûts de production sont les moins élevés. » a déclaré Ferenc Robák commissaire du gouvernement chargé de l’organisation logistique de la présidence, ont rappelé que depuis la traité de Lisbonne, la coutume était d’offrir des présents plus modestes aux invités. Certains doivent regretter le bon vieux temps.Mais comme les choses bougent mais ne changent pas vraiment, on apprend tout de même que seuls les chefs d’Etat et de gouvernement arrivant en Hongrie recevront  un cadeau de valeur. En effet, une sorte de discrimination ipso facto est effectuée à travers la remise de paquets cadeaux VIP dans lesquels se trouvent deux tasses de porcelaine avec ses soucoupes, ainsi qu’une broche fabriquées spécialement pour la présidence par la manufacture de Herend, une cravate de couleur bordeaux ou verte, un foulard, et un élégant stylo laser. Évidemment cela change tout, on en serait presque jaloux. On imagine surtout la scène lors des distributions entre ceux  considérés comme des VIP et les autres pas. Pourvu que cela ne provoque pas de crise diplomatique…

Article lié :

La Hongrie : « Un monde de possibilités »

Chroniques précédentes:

Chronique du 20 janvier 2011 : L’ethnocentrisme hongrois au Parlement européen

Chronique du 14 janvier 2011 : Tel est pris qui croyait prendre

Chronique du 6 janvier 2011 : Comedia dell’arte

Chronique du 31 décembre 2010 : Le sacre de Viktor Orban

5 Commentaire

  1. Quel est l’intéret de cet editorial?

  2. Moi, la petite broche de Herend me ferais grand plaisir.
    Zs.

  3. Qu’y a-t-il à cela d’avoir autant d’inventions/d’inventeurs et d’en être fier et de faire partager cela à tous?Article inutile franchement….rappelons qu’il y a eu quand même 13 prix Nobel d’origine hongroise, et qu’il est normal de se targuer aux yeux de personnes désireuses d’en apprendre plus sur cette culture que décidément certains pays occidentaux n’arrive pas à comprendre…bref beaucoup de blabla pour rien

  4. d’accord avec Tibor… Sur ce site on ne fait finalement que critiquer ce qui peut se faire en Hongrie…

  5. le passe, toujours le passe… ^_^

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>