La répression anti bars recommence à Erzsébetváros

Au début de l’été, on pensait en avoir fini avec les mesures contre la vie nocturne dans le 7ème (Erzsébetváros) et le 6ème arrondissements de Budapest… C’était sans compter sur l’arrivée de la Fidesz au pouvoir dans la plupart des quartiers de la capitale en octobre dernier. Premier lieu à en faire les frais : le « kert » Mumus, situé à l’entrée de Dob utca. Vu qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, l’établissement « fête » sa fermeture ce week-end.

A partir de jeudi et jusqu’à dimanche 7h non-stop, Mumus attend des centaines, peut-être des milliers de visiteurs nostalgiques de son piano bar rustique, de son jardin fidèle à la tradition du quartier et de son étage truffé de canapés dégoulinants plus les uns que les autres. Si les jeunes Hongrois de Budapest sont habitués à voir leurs endroits préférés fermer, pour réouvrir des mois, voire des années plus tard, certains expatrié(es) à l’attitude « bourgeois – bohême » délurée en fin de soirées seront certainement beaucoup plus tristes de peut-être ne plus jamais retrouver le « jardin secret » de leur excentricités.

Info ou Intox ?

On se souvient de plusieurs épisodes où Szimpla kert mozi, pionnier de la mode des kert, annonçait sa fermeture sans que ce ne soit jamais le cas. Une bonne stratégie pour remplir son bar dira t-on.

Moins drôle pour les connaisseurs, on se souvient également de Kultiplex dans le neuvième arrondissement (complexe réunissant un bar, une salle de concert et de cinéma et bien sûr les locaux de Tilos radio) qui a mis plusieurs mois a être fermé définitivement, puis détruit pour être remplacé par quelque pavés bien propres, trois jeux pour enfants et deux carrés de pelouse.

Cette fois, compte tenu du changement des Conseils d’administration des kerulet de Budapest, l’affaire peut-être prise très au sérieux. Mumus existait depuis le début des années 2000, mais avait déjà dû fermer une première fois pour de longs mois, avant de réouvrir il y a tout juste deux ans. Cet automne, les riverains aigris semblent reprendre le pouvoir dans les quartiers vivants la nuit… Il va falloir s’habituer !

Articles liés :

Erzsébetváros ne fermera pas !

Le décret qui a la gueule de bois

5 Commentaire

  1. l’art de scier la branche sur laquelle on est assis ou mordre la main qui nous nourrit
    si les gens veulent vivre dans un lieu mort qu ils habitent en peripherie… ou alors qu ils choisissent des appartements donnant sur la cour et pas sur la rue.
    mais evidemment, on veut habiter en centre ville parce que c est vivant mais pour pas cher…

    en tant qu’habitant du 7ieme, je ne soutiens pas du tout le conseil d’administration de mon quartier ( sur cette question bien evidemment)
    quelqu’un connait-il un moyen positif de leur faire savoir ?

  2. « mais evidemment, on veut habiter en centre ville parce que c est vivant mais pour pas cher… »
    j ai oublie :
    « donc on prend les appartements donnant sur les rues parce qu ils sont moins chers et apres on se plaind, on veut le beurre et l argent du beurre… »

  3. Il faudrait leur demander d’organiser des Etats Généraux de la Nuit, comme à Paris.

  4. Nom de D..
    les c.., ils ferment Mumus..
    RIP.
    <<retour en France s'ils ferment Bambi et le Bobek

  5. Classique tensions dans l’utilisation de l’espace

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × 8 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>