Boue toxique : Bruxelles critique mais ne poursuivra pas la Hongrie

L’accident industriel du 4 octobre aurait pu être évité si la Hongrie s’était conformée à la réglementation européenne sur la gestion des déchets dangereux, selon un rapport officiel d’expertise de la Commission européenne, a rapporté mercredi le site Bruxinfo.hu.

Devecser, le 12 octobre (Crédit photo : Hulala)

« La Hongrie aurait dû classer ses boues rouges comme déchets dangereux », estime le rapport qui devait déterminer si la Hongrie avait violé une législation européenne en relation avec le stockage de ce type de déchets.

Selon ce rapport, une erreur a été commise au cours du processus de délivrance de permis environnementaux, celle de ne pas classer ces matières fortement alcalines comme « déchets dangereux ».

La Commission européenne estime dans ce rapport d’expertise que plusieurs des réglementations communautaires n’ont pas été transposées en droit national hongrois ou n’ont pas été appliquées correctement, notamment la directive 2006/21/CE relative à la gestion des déchets de l’industrie extractive.

Malgré ces erreurs et ces négligences pointées par l’exécutif européen, Bruxelles ne lancera pas de procédure d’infraction à l’encontre la Hongrie.

Le 4 octobre, la fuite d’un réservoir de déchets issus de la production d’aluminium par l’entreprise MAL (Magyar Aluminium) avait coûté la vie à dix personnes et dévasté plusieurs dizaines d’hectares dans la région d’Ajka, dans l’ouest de la Hongrie.

Source : Bruxinfo.hu

Articles liés :

Catastrophe d’Ajka : L’état d’urgence prolongé de trois mois

Les victimes de la boue rouge obtiennent des promesses

Les victimes de la catastrophe industrielle se mobilisent

Boue toxique : l’autre vérité

MAL : le directeur commercial allemand fait ses valises

Inondations toxiques : photoreportage à Devecser

Pollution : la chasse aux coupables est ouverte

A Kolontar, le cauchemar continue

Une seconde vague de boue est « probable »

Le Danube touché…de manière encore limitée

Le Danube menacé par la «marée rouge»

Le plus grand accident industriel de l’histoire hongroise

Un commentaire

  1. « Selon ce rapport, une erreur a été commise au cours du processus de délivrance de permis environnementaux, celle de ne pas classer ces matières fortement alcalines comme « déchets dangereux ». »

    Comprendre:
    une somme suffisante a ete remise a la bonne personne afin de classer par erreur ces matières fortement alcalines comme « déchets dangereux ».

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + 5 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>