Agroalimentaire : la « taxe santé » arrive en septembre

Le parlement hongrois a voté lundi la taxe spéciale sur la nourriture et les boissons jugées mauvaises pour la santé. Ce projet de loi du gouvernement, plus connu sous le nom de « taxe hamburger » ou « taxe chips », entrera en vigueur dès septembre pour les produits qui contiennent un taux trop élevé de sucre, de sel, d’hydrocarbone et de caféine.

Parmi les plus consommés : les boissons qui contiennent moins de 25% de fruits, les boissons énergisantes, les gâteaux industriels, les snacks salés. Par exemple, les boissons coûteront 5 forints de plus par litre, les « energy drink » 250 forints par litre ; quant aux paquets de gâteaux ils coûteront en moyenne 200 forints de plus. On ne sait pas encore si la « malbouffe » locale et artisanale, langos et autres gyros, seront soumis à la taxe.

A la demande de notre rédaction, une source du gouvernement a commenté : « Nous avons favorisé ce projet parce qu’il touche aux mauvaises habitudes, mais aussi parce que parallèlement au mode de vie des Hongrois, les coupables sont les produits trop salés et trop sucrés. Et les chiffres montrent bien cette tendance : un Hongrois sur deux meurt d’une maladie cardiaque ou vasculaire. Le but du gouvernement est d’assainir le marché de l’alimentation. »

Ironie du sort, il convient de rappeler que le premier pays communiste à accueillir Mac Donald’s sur le marché des fast food fut la Hongrie, en 1988.

Bonne nouvelle enfin pour ceux qui aiment le chocolat. Les chocolats à base de 40% de cacao sont considérés comme non nuisibles à la santé, ne seront pas imposables.

Article lié :

Nouvelle taxe santé : le Mac Orban n’est pas encore né

7 Commentaire

  1. Ouille, si les hongrois font attention à leur santé, ils vont vivre plus longtemps. Qui va payer leurs retraites ?

    En tout cas, s’il y a un jour un label de qualité pour les restaurants, moi, je suis preneur !!!

    Ce serait marrant, que les touristes choisissent la Hongrie, pour la qualité de la nourriture…

  2. … S accompagne d’une baisse du prix de la clope. La Hongrie, le pays ou la logique n’existe pas?

  3. Les taxes sont faites pour rapporter de l’argent au gouvernement.

    L’excuse associée est servie à l’opinion publique pour lui faire avaler la pilule.

    Visiblement, ça marche toujours. Plus c’est gros plus ça passe, mais ils auraient tort de se priver!

    Et bien sûr, tous les gens en excellente santé qui consomment une boisson énergisante ou ont l’audace d’acheter un paquet de biscuits passeront aussi à la caisse (puisque c’est le but).

  4. Depuis quand c’est mal d’apporter de l’argent au gouvernement qui oeuvre pour le bien commun?

  5. Au gouvernement tout court. Le fait qu’il oeuvre pour le bien commun, ca, ca dépend des gouvernements. :)

  6. Hé Magyar, c’est quoi le « bien commun » quand la clique au pouvoir instaure le überlibéral « egykulcsos adó » ne favorisant que les hauts revenus, laisse la TVA a 25%, et en remet une couche sur des produits alimentaires « jugés » (haha, par qui, par les pörköltszakértők du KDNP?) mauvais pour la santé, qui comme chaque taxe á la consommation (voir programme d’économie de grande section maternelle) touche en priorité les bas revenus (qui sont bien cons de claquer leurs ronds durement gagnés dans des cochonneries pareilles, j’en convient…).

  7. Monsanto trouve des appuis dans la législation européenne.

    Bientôt du maïs transgénique en France… peut être aussi en Hongrie…

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


1 + = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>