20 ans après et toujours désabusés

En Hongrie, la pauvreté augmente de façon visible tous les jours photo: corianderPour « fêter » les vingt ans de la transition politique de 1989-1990, l’institut Szonda-Ipsos a réalisé un sondage dont les résultats dressent le constat d’une désillusion de la population hongroise vis-à-vis du changement de système.

Si une majorité des sondés considère que ce changement -la transition d’une économie planifiée au libéralisme économique et du parti unique au multipartisme- était inévitable, la moitié d’entre eux estime aussi en avoir souffert. Plus de la moitié des sondés, 56%,  estime que le pays dans son ensemble a perdu plus qu’il n’a gagné au cours des vingt dernières années.

Ils sont moins de 1 sur 5 à penser l’inverse (19%). Les résultats de cette enquête indiquent aussi l’influence de plusieurs facteurs sur la perception qu’ont les Hongrois de ces deux dernières décennies: les femmes sont plus pessimistes que les hommes, les habitants du Nord du pays plus que le reste de la population et la catégorie des 46-55 ans est celle qui juge le plus sévèrement les effets de la transition sur le pays et sur leur situation personnelle.

Une femme, âgée entre 46 et 55 ans habitant dans le Nord du pays, a donc très peu de chance de se satisfaire de sa situation et de celle du pays. L’enquête a été conduite au mois d’août auprès un échantillon de 800 personnes.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 9 = 15

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>