Ce journal lié au Fidesz qui attise la haine contre les migrants

Ce journal lié au Fidesz qui attise la haine contre les migrants

1 septembre 2015

Zsolt Bayer, une des grandes figures du Fidesz au pouvoir, considère à propos de la crise migratoire actuelle que « l’Europe doit être libérée de cette horreur. Si besoin, par les armes », car la « race européenne, blanche et chrétienne » est menacée.

En Hongrie, pas de commerce le jour de la messe !

En Hongrie, pas de commerce le jour de la messe !

20 avril 2015

Voilà un mois que la nouvelle réglementation sur la fermeture des commerces le dimanche est entrée en vigueur en Hongrie. Alors que la loi Macron en France a relancé le débat sur la libéralisation des jours d’ouverture des magasins, la Hongrie se range parmi les pays les plus restrictifs sur ce sujet.

Diaporama – La gare de Budapest, un camp retranché de réfugiés

Diaporama – La gare de Budapest, un camp retranché de réfugiés

2 septembre 2015

La capitale hongroise offre ces jours-ci une cruelle illustration de la crise migratoire qui secoue l’Europe et de l’absence de coordination des politiques européennes d’accueil. Plusieurs milliers de personnes s’y trouvent bloquées et les abords de la gare de l’Est (Keleti) sont devenus un camp de réfugiés où plus d’un millier d’hommes, de femmes et d’enfants en détresse s’entassent dans des conditions indignes.

200.000 enfants manquent de nourriture

25 mai 2015

200.000 jeunes enfants ne reçoivent pas assez de nourriture de temps en temps et entre 30.000 et 50.000 ont faim tous les jours en Hongrie, selon une étude conjointe établie par l’Académie hongroise des sciences et l’Ordre de Malte.

Diaporama – La gare de Budapest, un camp retranché de réfugiés

Diaporama – La gare de Budapest, un camp retranché de réfugiés

2 septembre 2015

La capitale hongroise offre ces jours-ci une cruelle illustration de la crise migratoire qui secoue l’Europe et de l’absence de coordination des politiques européennes d’accueil. Plusieurs milliers de personnes s’y trouvent bloquées et les abords de la gare de l’Est (Keleti) sont devenus un camp de réfugiés où plus d’un millier d’hommes, de femmes et d’enfants en détresse s’entassent dans des conditions indignes.